Comme chaque année, plus ou moins tardivement dans l’hiver, la France est traversée par une vague de froid venue de Sibérie (ndlr. Moscou-Paris).
L’air glacial et les températures maximales inférieures à -3°C nous obligent donc à prendre quelques précautions afin de pouvoir poursuivre la pratique d’une activité physique dans les meilleures conditions.

Si l’asthme ou encore les problèmes cardiaques n’empêchent pas la pratique du cyclisme en loisir, le froid, et en particulier les températures que nous rencontrons actuellement, en sont par contre un facteur aggravant.
La pratique du home trainer s’avère donc être une alternative particulièrement intéressante :

- Entrainement home trainer : 45 minutes 
- Entrainement home trainer : 60 minutes

Même si notre corps présente l’extraordinaire capacité de s’adapter au froid (plusieurs jours peuvent être nécessaires), il est toutefois préférable de prendre certaines précautions.

1. S’échauffer davantage

Le froid a la particularité de durcir les muscles. Un bon échauffement permettra non seulement d’élever progressivement la température corporelle, mais également de limiter les risques de claquage.

2. Éviter les efforts intenses

Plus l’effort est intense, plus la quantité d’air nécessaire est importante. Ainsi inspirer par la bouche, l’air froid assèche les muqueuses respiratoires et peut provoquer une inflammation des bronches.
Il est donc conseillé de favoriser un effort à faible intensité et de respirer par le nez. Cela permet de réchauffer l’air avant qu’il ne parvienne aux poumons.

3. S’alimenter et à s’hydrater correctement

Tout comme la pratique d’une activité physique, le froid oblige l’organisme à consommer plus de calories. Une hydratation et une alimentation appropriées sont donc recommandées pour éviter les hypoglycémies.

4. Porter des vêtements chauds et adaptés

Lors d’un effort, les contractions musculaires sollicitent particulièrement notre métabolisme et produisent de la chaleur. Pour réguler sa température, notre corps déclenche alors un mécanisme de transpiration.
Il est donc important de porter des vêtements qui permettent non seulement de se protéger du froid extérieur, mais également d'évacuer l’humidité (sueur) qui pourrait s'accumuler à la surface de la peau.

La couche respirante
Il s’agit de la couche la plus importante. Elle est au contact de la peau et doit lui permettre de rester sèche. Il est préférable d’opter pour un textile technique synthétique, qui à la différence du coton n’absorbe pas l’humidité et sèche rapidement.

La couche isolante
Elle retient la chaleur. Elle est plus ou moins épaisse selon la température.

La couche protectrice
Elle doit protéger du vent et de la pluie, mais également permettre à l’air de circuler correctement.

Les extrémités
Par grand froid, notre métabolisme privilégie la vascularisation des organes les plus importants, au détriment des extrémités. Il est donc indispensable de bien se protéger les mains, les pieds et la tête, pour les conserver au chaud et éviter les sensations de picotement.