Pour la deuxième manche des Enduro World Series, les meilleurs pilotes mondiaux avaient rendez-vous à Bariloche en Argentine. Surnommée la « Suisse Argentine », la région de Bariloche possède l'un des plus anciens et des plus étendus domaine skiable d'Amérique de Sud… une aubaine pour les pilotes qui ont pu profiter des infrastructures locales pour effectuer une partie des liaisons en télécabine.

Situé sur le sud de l'Argentine et du Chili, la Patagonie offre des paysages très contrastés.

La Cube Action Team a relié Corral (Chili), qui accueillait la première manche des EWS le week-end dernier, à Bariloche, de l’autre côté de la Cordillère des Andes, par la route… nationale. Soit environ 400 km et 1 journée de trajet !

L'unique moyen de rejoindre Bariloche est la route nationale qui traverse la région des Lacs dans les Andes chiliennes.

2 jours d’entrainement étaient initialement prévus pour permettre aux athlètes de reconnaitre les tracés des 6 spéciales. Mais c’était sans compter sur la nature du terrain et les 10 à 20 centimètres de fech-fech (sable/poussière très fine) qui recouvraient la quasi-totalité des spéciales.

Très (très) meubles, les tracés évoluaient au fur et à mesure des passages des 300 pilotes. Les ornières se creusaient, les trous s’agrandissaient et d’autres se créaient, obligeant même l’organisation à ouvrir de nouvelles traces aux endroits les plus abîmés.

Nicolas Lau surfe sur les spéciales argentines recouvertes de fech-fech.

Sur ce terrain « changeant », il a été difficile pour les pilotes de mémoriser les passages les plus délicats. Ils allaient donc devoir faire preuve de beaucoup d’attention et d’une extrême vigilance, pour éviter les pièges des spéciales argentines et le Top10 semblait d’ores et déjà promis aux pilotes qui auraient la meilleure lecture du terrain.

Cette seconde manche des EWS, à l’essence même de l’Enduro (pilotage à vue), s’annonçait donc très intéressante et parfaite pour les qualités techniques du pilote du Cube Action Team, Nicolas Lau, victorieux en 2015 des 3 courses à l’aveugle (ndlr. sans reconnaissance) les plus prestigieuses du Monde : Andes-Pacifico, Trans-Provence et Trans-Savoie.

Le sable et la poussière compliquent les runs de reconnaissance.

Avec 22 kilomètres de spéciales et 1 300 mètres de dénivelé négatif, le premier jour de course a tenu toutes ses promesses, bousculant l’ordre établi lors des épreuves précédentes. Nicolas Lau réalise une superbe performance au guidon de son Stereo 160 C:68 et termine la journée à la 4ème place avec seulement 20 secondes de retard sur Richie Rude (1er). Greg Callaghan chute, heureusement sans gravité, sur la spéciale 3 et accuse une 22ème place au classement provisoire.

« Une première journée bien dingo sur les Enduro World Series de Bariloche. J’ai été fluide et fort, et le tout dans un bon timing. C’est ma recette pour la 4ème place du jour. Demain on remet le couvert ! » Nicolas Lau.

« Je n’aurais jamais cru qu’il était possible de manger autant de terre… et surtout pas autant de terre provenant de ma roue avant ! Aujourd’hui le plan était de ne pas se noyer dans toute cette poussière… mais je n’ai pas réussi à le suivre ! Grosse chute sur la spéciale numéro 3. Heureusement je vais bien et je me sens au top sur le vélo. Je suis 22ème pour le moment et j’ai hâte d’y retourner demain. » Greg Callaghan.

Greg Callaghan goûte à la poussière argentine sur la spéciale n°3.

Si les chutes sont amorties par l’épais matelas de fech-fech présent sur le sol, les minutes perdues à essuyer le masque et à vider le casque de toute cette poussière n’en sont pas moins précieuses. Et dans ces conditions particulières encore plus, rien n’est joué avant la dernière spéciale.

Le deuxième jour de course réserve aux pilotes pas moins de 28 kilomètres et 1 450 mètres de dénivelé négatif de spéciales. Nicolas Lau parvient à confirmer sa bonne forme du moment et clôture cette deuxième manche des EWS à la 5ème place du classement général. Il réalise par la même occasion le meilleur temps des pilotes français. Greg Callaghan reprend 2 places et termine 20ème.

« La confiance et l'engagement sont de retour sur cette seconde manche des Enduro World Series. Je finis ce trip sud-américain en rapportant fièrement une 5ème place en Alsace… et 1er Français ! Yessss ! » Nicolas Lau.

Nicolas Lau fonce vers la 5ème place des Enduro World Series de Bariloche (premier français) au guidon de son Stereo 160 C:68.

Classement général homme

1. Richie Rude
2. Martin Maes
3. Sam Blenkinsop
4. Toni Ferreiro
5. Nicolas Lau, Cube Action Team
20. Greg Callaghan, Cube Action Team 

Classement général femme

1. Cécile Ravanel
2. Casey Brown
3. Isabeau Courdurier
4. Ines Thomas
5. Anneke Beerten