La course s’annonçait déjà difficile et pleine de surprises, mais c’était sans compter sur les conditions météorologiques apocalyptiques, pourtant inhabituelles pour un mois de mars en Nouvelle Zélande, qui ont transformé les sentiers en véritable toboggan de boue ! Si les premiers pilotes à s’élancer ont pu profiter d’un tracé relativement sec sur la spéciale 1 (ndlr. les pilotes se sont élancés dans l’ordre inverse de leur classement EWS 2016), le Top20 a quant à lui pris le départ sous le déluge.

Notre local de l’épreuve, Matt Walker, Cube Global Squad, s’est une nouvelle fois positionné en outsider. Plus habitué aux pistes de descente de Coupe du Monde, il a profité des Crankworx pour prendre le départ d'une manche des Enduro World Series. Pari réussi pour le King of Crankworx 2016 qui signe son retour à la compétition avec une magnifique deuxième place au classement général.

Matt Walker, Cube Global Squad, en route pour le podium au guidon de son Cube Stereo 160. © Boris Bayer

« La saison va être longue. Commencer fort n’était donc pas mon objectif, même si j’avais ce podium quelque part dans un coin de ma tête. J’ai juste fait mon job ! Après ma blessure en 2016, j’ai vraiment envie de pouvoir achever cette saison en un seul morceau et de me présenter sur un maximum de courses. » Matt Walker

La météo n’a donc épargné personne et surtout pas les meilleurs

Il y a des jours avec et des jours sans. Cette première épreuve de l’année aura malheureusement été un jour sans pour notre champion Nicolas Lau. Parti avec plus de 300 pilotes devant lui, Nicolas a fait ce qu’il a pu, avec ce qu’il restait des spéciales détrempées : boue, ornières, etc. Mêmes les locaux ont avoué n’avoir jamais vu les trails dans un tel état.

« Oh mon Dieu ! J’ai envie d’oublier cette course aussi vite que possible. C’est mon plus mauvais résultat sur une manche des Enduro World Series ! Félicitations à mon coéquipier Greg. » Nicolas Lau

Dure journée pour notre champion Nicolas Lau, Cube Action Team. © Dave Trumpore

En bon irlandais, Greg Callaghan, Cube Action Team, n’est pas du genre à se laisser impressionner par les éléments ! La pluie, la boue et les racines n’ont donc pas réussi à le surprendre, ce qui lui permet de prendre une très belle 5ème place au guidon de son Cube Stereo.

« Sans aucun doute l’une des plus dures journées sur le vélo. Des conditions irréelles, voire même impraticables. Je suis super content d’être arrivé à me hisser à la 5ème place ». Greg Callaghan

Greg Callaghan survole les pièges des sentiers détrempés de Rotorua, NZ, au guidon de son Cube Stereo 140. © Dave Trumpore

On la connaissait surtout coach sportive (ndlr. découvrez quelques-uns de ses articles sur notre site Internet), la voilà maintenant dans le Top10 des Enduro World Series ! Pour sa première participation à une épreuve des EWS, notre ambassadrice Claire Hassenfratz a fait les choses bien en se classant non seulement à une magnifique 6ème place, mais en s’offrant également le deuxième meilleur temps sur la SP2 !

« Mais que c'est bon de terminer 6ème de ma première Enduro World Series avec en bonus une 2ème place sur la SP2. Sans doute la course la plus dure de ma vie ! 8 heures sur le vélo, des ornières de malade, des spéciales super physiques, 60 kilomètres, 7 spéciales, de la boue et encore de la boue, des racines de fou, des crampes, beaucoup de crampes ... » Claire Hassenfratz, Cube Bikes France

Classement général homme

1. Wyn Masters
2. Matt Walker, Cube Global Squad
3. Edward Masters
4. Sam Hill
5. Gregory Callaghan, Cube Action Team
6. Jack Moir
7. Adrien Dailly
8. Josh Bryceland
9. Jose Borges
10. Mark Scott

Classement général femme

1. Cecile Ravanel
2. Ines Thoma
3. Anita Gehrig
4. Camille Balanche
5. Katy Winton
6. Claire Hassenfratz, Cube Bikes France
7. Carolin Gehrig
8. Bex Baraona
9. Becky Cook
10. Anneke Beerten

Rendez-vous dans 2 semaines (8 et 9 avril 2017) en Tasmanie, Australie, pour la seconde manche des Enduro World Series.