Ça nous a fait du bien de nous retrouver tous ensemble avant le début de la saison. On a passé l’hiver chacun de notre côté, et c’est la première fois de l’année qu’on a eu l'occasion de se retourner. Les journées se sont enchainées au rythme des shooting photos, des réglages avec notre mécano Jan, des cafés et des bons repas ! Mais le plus important était de pouvoir passer du temps ensemble.

Pause café pour Nicolas, Daniel, Claus, André, Gusti et Greg.

Les années précédentes on avait pris l’habitude d’aller à Finale Ligure. Mais cette année on a décidé de partir « à l’aventure » et d’aller explorer une nouvelle destination de la côte italienne. La commune de Diano Marina est entourée des montagnes de Molini di Triora et de San Bartolomeno, qui offrent un terrain de jeu idéal pour la pratique de l’Enduro. Et même si ça n’est que quelques kilomètres plus au sud, les paysages y sont complétement différents. La marina est splendide et notre hôtel se trouvait à proximité de tout.

Jan a installé le camp de base du Cube Action Team sur la marina de Diano Marina.

Les gars de Riviera Bike nous ont accompagné durant notre séjour pour nous montrer les meilleurs spots. Ils ont assuré ! J’ai encore mal aux mains après tous les high-five qu’on s’est tapé après chaque descente ! C’était probablement quelques-uns de mes meilleurs rides.

Lors de notre première soirée à la marina, Jan et Claus, ont joué les Pères Noël. Ils nous ont remis nos nouveaux Stereo et nos nouveaux textiles. On avait déjà eu l’occasion de tester l’un ou l’autre composant, notamment les fourches avec Fox au Portugal, mais là, de voir le tout monté sur nos nouveaux cadres, c’était top. On a mis à profit ces quelques jours pour faire des réglages supplémentaires avant le Chili et la première manche des Enduro World Series.

Nouveaux coloris et nouveaux settings pour le Stereo C:68 Cube Action Team.

Cette année l’équipe c’est un peu agrandi… Gusti est devenu papa, et le petit Ursin nous a rejoint pour son premier voyage à la mer ! C’était merveilleux et fou en même temps de voir notre Gusti prendre ses nouvelles responsabilités. Même si en fait il n’a pas tellement changé. C’est toujours lui le premier à mettre l’ambiance ! Après plusieurs années de blessures successives, ça fait plaisir de le voir libéré de toutes ses vis et de ses plaques de métal, et piloter à nouveau.

Gusti et son fils Ursin.

L’autre petit nouveau, c’est Daniel Schemmel. Un autrichien. L’année dernière c’était moi le rookie de l'équipe ! C’est agréable de lui passer le relais et de le guider dans les rouages du team. C’est important d’avoir de bons coéquipiers, ça permet d’avoir une bonne ambiance et de rendre les déplacements plus sympas. Avec son passé de crosseur (Cross-Country), Daniel nous apporte sa vision de la compétition. C’est intéressant de pouvoir comparer nos approches et nos styles.

Daniel Schemmel, le nouveau pilote du Cube Action Team.

André Wagenknecht a été absent de pas mal de courses la saison passée. C’est super de le voir en forme et de pouvoir à nouveau rouler avec lui. D’ailleurs on ne risque pas d'oublier notre première sortie ensemble. On a dû se lever aux aurores car on voulait faire des photos avec le lever de soleil. On s’est rendu à San Rocco avec Matt Wragg, notre photographe. Ça en valait la peine. La vue était magnifique et Matt a laissé opérer la magie sur ces photos. Le résultat est extra. On a profité du reste de la descente pour rejoindre la ville pour s'en mettre plein les jambes (et les bras). Un sentier fluide avec quelques sauts. C’était juste énorme. Un de ces sentiers sur lequel tu pourrais t’éclater toute la journée. Parfait pour une bande de potes à moitié endormi à l’estomac encore vide !

Ride aux premières lueurs du jour pour André et Greg.

La journée s’est poursuivie avec plus ou moins le même style de sentiers, mais cette fois en compagnie du reste de l’équipe. A la pause on s’est arrêté dans un petit resto en bord de mer. On y a mangé les meilleurs fruits de mer de toute la côte, avant de remonter sur les bikes et de rider jusqu’à la tombée de la nuit. La journée n’aurait pas pu être meilleure.

Santé ! Derniers petits plaisirs avant la reprise de la saison.

Le lendemain on a pris la direction opposée et on s’est enfoncé un peu plus dans les montagnes. Un spot un peu plus reculé du nom de Molini. Un vrai paradis pour le VTT. En hiver c’est toujours difficile de trouver de bonnes conditions météo, et quand tu les trouves, tu es souvent limité par l’environnement qui t’entoure. Mais pas à Molini. Il y a tout sur place. René de Riviera Bike nous a guidé tout au long de la journée. C’était clairement la bonne personne à avoir à nos côtés. Un look baba cool, mais un gars extra. Les descentes faisaient entre 10 et 15 minutes de long, mais on y retrouvait tous les styles de ride. Cassant et rapide, petites épingles bien serrées, long et fluide et tout ça dans la même descente. C’est le genre d’endroit où tu as l’impression que les sentiers ont été tracés la veille et que tu es le premier à passer.

C'est ce qui s'appelle prendre de l'angle ! - Nicolas Lau

Ça faisait un moment que je ne m’étais pas retrouvé dans la roue de Nico. Mais ça m’est vite revenu ! C’est impressionnant de voir avec quelle aisance il passe partout et encore plus quand il s’agit de descentes à l’aveugle (sans reconnaissances). Ces sentiers ont une nouvelle fois montré à quel point son style est unique. Sérieusement, je pense que même en reconnaissant le tracé je n’aurais pas trouvé de meilleures lignes que celles qu’il a naturellement choisies. C’est clairement le roi du pilotage à l’aveugle !

Descente sur Diano Marina - Nicolas Lau

A la pause on s’est une nouvelle fois régalé. Cette fois on s’est retrouvé dans un petit village d’altitude au-dessus de Molini. Contraste total avec le poisson en bord de mer de la veille ! A peine le temps pour Adrian de nous donner une petite leçon d’histoire sur la région et on était reparti. Encore quelques photos et de belles descentes dans l’après-midi et ma préparation avec le reste de l’équipe touchait déjà à sa fin.

Shooting photo pour finir la journée.

C’est sûr, je reviendrai dans ce coin de l’Italie. Il y a tellement d’endroits qu’on n’a pas eu le temps de découvrir. On est tous repartis le sourire aux lèvres, prêt pour prendre le départ des premières courses de la saison.

Greg Callaghan