Après une première apparition plus que remarquée sur les routes du Tour de France en 2017, les organisateurs de la Grande Boucle ont décidé d’inviter une nouvelle fois la formation belge Wanty-Groupe Gobert sur l’épreuve.

Principaux acteurs et animateurs de l’édition 2017, la prestation des coureurs de la Wanty-Groupe Gobert est restée dans toutes les mémoires :

8 étapes en tête du peloton
1297 km parcourus dans les échappées
3 victoires au classement par équipe : étape 3, 10 et 11
2 pris de la Combativité : Yoan Offredo et Guillaume Van Keirsbulk
1 podium : Guillaume Martin, 8ème étape entre Dole et la Station des Rousses
190 km : échappée la plus longue pour Guillaume Van Keirsbulck lors de la 4ème étape

les 5 moments qui ont marqué le Tour de France de la WGG

Guillaume Van Keirsbulk remporte le prix de la Combativité au terme de plus de 190 km d'échappée.

« Cette annonce de la sélection n’est pas un soulagement, car je n’étais pas particulièrement inquiet. Toute l’équipe était plutôt optimiste, mais cela apporte satisfaction et sérénité par rapport au futur et au travail qui pourra être mis en place. A commencer par le stage qui commence cette semaine. Nous allons établir le programme de course, donc ça tombe au bon moment. Les organisateurs ont vu aussi que c’était important de pouvoir prévoir à l’avance et ils ont agit en conséquence. A nous de travailler les points importants, comme le contre-la-montre et les pavés.

En ce sens, la sélection pour le Critérium du Dauphiné est également importante. C’est le petit Tour de France donc c’est crucial d’y être présent même s’il y a un mois d’écart entre les deux courses. Je n’y serai peut-être pas au top de ma forme, mais c’est un bon point de passage. Une belle répétition générale intéressante pour se jauger, repérer certains parcours pour sortir plus fort en vue du Tour.

Après avoir terminé 23e pour ma première participation au Tour, j’ai forcément l’ambition de faire mieux. Mais je ne sais pas encore si je vais me concentrer à 100% sur le général ou si je me laisse plus de libertés pour prendre plus de risques et aller chercher un résultat sur une étape. Je ne veux pas forcément être bridé, et essayer pourquoi pas de décrocher quelque chose de grand. » Guillaume Martin

Guillaume Martin à l'attaque lors du Tour de France 2017.

Les coureurs de la Wanty-Groupe Gobert pourront une nouvelle fois compter sur leurs Cube Litening C:68 pour s’illustrer au cours des 3329 kilomètres de course qui les attendent.

Guillaume Martin : avec 6 étapes de montagne et 3 arrivées en altitude (La Rosière, Alpe d’Huez, Saint-Lary-Soulan col de Portet), le profil de cette édition 2018 pourrait bien sourire à notre grimpeur français.

Yoann Offredo, Frederik Bakaert et Guillaume Van Keirsbulk : leurs échappées avaient fait trembler les chronos en 2017. Avec 8 étapes de plaine et 5 étapes accidentés propices aux échappées, nos puncheurs ne manqueront pas de prendre la tête du peloton et de rouler vers la victoire.

La Wanty-Groupe Gobert fait partie des rares équipes à avoir franchi la ligne d'arrivée finale au complet (9 coureurs).

Cette nouvelle invitation, véritable marque de confiance de la part d’A.S.O., concrétise le passage de la Wanty-Groupe Gobert dans le plus haut-niveau du cyclisme mondial.

« Cette sélection, je n’en ai jamais douté ! Mais ça reste une fantastique nouvelle. Pouvoir participer au Tour de France pour la 2e année consécutive est une belle récompense. Mais nous aurions difficilement pu faire mieux pour mériter notre place. Nous sommes passés souvent à l’attaque, ce qui n’est pas si simple sur le Tour. Et nous remportons encore l’UCI Europe Tour, ce n’est pas rien. J’avais par contre plus de doutes quant à une place pour le Critérium du Dauphiné. Y prendre part est important car l’équipe sera sensiblement que celle de juillet. Cette année, j’ai été rassuré en voyant nos prestations au Dauphiné.

J’espère que nous pourrons encore faire mieux que l’an dernier. Se montrer autant que possible, arriver à huit à Paris et pourquoi pas entrer dans le top 15 avec Guillaume Martin ou se mêler aux victoires d’étapes avec Timothy Dupont. La concurrence sera encore plus rude que l’an dernier. Il y a les neuf qui ont rallié Paris, mais aussi de nouvelles recrues qui voudront leur place, comme Odd Eiking. Pour Bart De Clercq, j’espère qu’il en sera mais je crains que sa revalidation soit trop longue. » Hilaire Van der Schueren, Directeur Sportif