Déjà vainqueur du Prix de la Combativité pour son échappée de 200 kilomètres lors de la seconde étape du Tour de France (Liège), Yoann Offredo, le coureur de la Wanty-Groupe Gobert, a retenté sa chance hier. Durant plus de 170 kilomètres entre Périgueux et Bergerac (10ème étape), Yoann Offredo et Elie Gesbert (le benjamin du peloton) ont ouvert la route au peloton à plus de 43 km/h de moyenne des ruelles de Sarlat aux remparts de Domme, en passant par les falaises des Eyzies et les merveilles de Lascaux.

« En partant au kilomètre zéro, j’y croyais car je pars toujours avec une idée derrière la tête. Je pensais qu’il allait pleuvoir, mais au final, je me suis retrouvé avec le vent de face. Puis au lendemain de la journée de repos, je pensais que sept ou huit mecs tenteraient l’échappée. A deux, la mission était impossible. Mais une fois parti, je n’allais pas me relever. Ça me plait d’être devant, car il y a du monde. Mais je ne suis pas là pour faire le guignol. Ça me laisse dubitatif, car il n’y a pas 50 équipes de sprinters dans le peloton ni 50 mecs pour battre Kittel. Et en plus la télévision est en direct du kilomètre zéro à l’arrivée. Je sais que le Tour est long, qu’il faut gérer, mais c’est une course de vélo et on est là pour s’amuser. » Yoann Offredo

Deuxième étape en tête du Tour de France pour Yoann Offredo au guidon de son Cube Litening C:68. © Leon Van Bon

Malgré une excellente collaboration du duo tricolore (jusqu’à 5’35’’ minutes d’avance), Yoann et Elie se sont une nouvelle fois fait avaler par un peloton emmené par les équipes de sprinters à 7 kilomètres de l’arrivée. Pour la 4ème fois depuis le Grand Départ, c’est donc Marcel Kittel qui règle le sprint final.

Un scénario rédhibitoire, voire résigné, que Yoann Offredo ne s’est pas manqué de souligner sur le plateau de Vélo Club (France TV Sport) aux côtés de Cédric Vasseur. L'interview complète est à voir et à revoir sur FranceTV Sport.

Wanty-Groupe Gobert sur le podium

Grace à la magnifique 8ème place au sprint de Pieter Vanspeybrouck et au Top 20 d’Andrea Pasqualon et de Dion Smith, la Wanty-Groupe Gobert monte pour la deuxième fois depuis le départ du Tour de France sur la plus haute marche du podium du Classement par Équipe.

« Après le 1er sprint massif où je m’étais classé 12ème, je pensais le top 10 possible. Je n’avais même pas pu disputer mon meilleur sprint, donc j’ai dit à Hilaire (Van der Schueren) que j’étais capable d’intégrer le top 10. Finalement, j’y suis parvenu sur la… 10ème étape.

Guillaume Van Keirsbulck m’a parfaitement protégé jusqu’à trois kilomètres de l’arrivée puis je devais assumer mon rôle. J’avais vu qu’il y avait deux virages dans le dernier kilomètre, ce que j’apprécie plus que les longues lignes droites. J’étais bien positionné. C’était limité dans les virages, mais j’ai tenu mon rang.

Maintenant, j’ai l’ambition d’encore faire mieux. Demain, une nouvelle chance se présente pour les sprinters et pourquoi pas grimper de quelques échelons dans la hiérarchie. » Pieter Vanspeybrouck