Longue de 179,5 kilomètres entre Briançon et Izoard, la 18ème étape, la dernière étape de montagne, a confronté les coureurs à une arrivée en haute altitude, à plus de 2360 mètres. Pour la première fois de son histoire, le Col de l’Izoard accueillait une arrivée d’étape du Tour de France.

Seulement 13 kilomètres après le départ, un groupe de 54 coureurs, parmi lesquels Marco Minaard, Guillaume Martin et Dion Smith, roulait déjà en tête du peloton.

« Après dix kilomètres, nous sommes partis avec un gros groupe. C’était idéal pour nous épargner en vue du final de l’étape. Smith a accompagné à plusieurs reprises les mouvements sur le plat. Ça a cassé dans le Col de Vars, et j’étais encore avec le groupe de tête. Dans la descente, quelques coureurs sont encore sortis. Mais dans l’Izoard, c’était chacun pour soi. Il fallait donner le maximum jusqu’au sommet.

C’était fantastique de rester aussi longtemps en tête. Je suis très content d’être encore capable de prester à ce niveau sur le Tour. Je l’avais espéré, sans jamais vraiment l’attendre. Je ne voulais pas m’essouffler, donc j’ai gardé mon propre tempo. J’ai encore bien résisté, mais je suis heureux que ces étapes alpestres soient derrière nous. » Marco Minnaard

La deuxième difficulté du jour, le Col de Vars, a cependant permis à la formation AG2R d’afficher ses ambitions pour Romain Bardet et d’imposer progressivement son rythme à ses adversaires. Le groupe maillot jaune s’est alors rapidement essoré, s’éparpillant comme jamais sur les lacets des Hautes-Alpes.

Le peloton s’étire sur les lacets du Col de l’Izoard qui accueille sa première arrivée d’une étape du Tour de France. © Photo News

Guillaume Martin et Marco Minnaard ont résisté tant bien que mal, mais ne sont pas parvenu à résister à l’attaque décisive de Warren Barguil. Partie à 6 kilomètres du sommet, le maillot à pois a remonté un à un les échappés du jour avant de s’imposer en solitaire au sommet du Col de l’Izoard.

« Je savais que je ne pourrais pas jouer grand-chose dans cette ascension de l’Izoard. La montée fut difficile, et j’ai subi un saut de chaine au pied qui ne m’a pas aidé. C’était le dernier grand col du Tour, donc je savais qu’au sommet la vue était dégagée sur les Champs Elysées. Mais je suis content d’avoir passé cette étape à l’avant et d’avoir pu prendre une belle échappée sur ce Tour. Mon seul regret est que mes jambes n’étaient pas exceptionnelles. En 1e semaine, dans un tel groupe, j’aurais pu prétendre à quelque chose.

Je suis satisfait de mon Tour. Cela assure des promesses pour la suite, pour l’an prochain et les années à venir. Ma première semaine fut la plus satisfaisante, avec de bonnes sensations concrétisées par un podium à l’étape. Après, j’ai un peu baissé de régime sur la dernière semaine. Mais j’ai posé mes jalons pour la suite. C’est mon premier grand tour, je ne dois pas m’enflammer ni viser trop haut pour une première. » Guillaume Martin

Les 9 coureurs de la Wanty-Groupe Gobert ont terminé l’étape dans les délais et devraient donc franchir la ligne d’arrivée finale à Paris dimanche 23 juillet.

Classement de la 18ème étape : Briançon – Col de l’Izoard

1. Warren Barguil
2. John Darwin Atapuma
3. Romain Bardet
23. Marco Minnaard
40. Guillaume Martin
41. Thomas Degand
92. Dion Smith
97. Guillaume Van Keirsbulck
98. Pieter Vanspeybrouck
121. Yoann Offredo
127. Frederik Backaert
133. Andrea Pasqualon