Après la 15ème étape qui ralliait Laissac et Le Puy-en-Velay dimanche, le peloton observait hier sa 2ème journée de repos. De quoi recharger les batteries avant les Alpes et la dernière ligne droite des Champs Elysées dimanche 23 juillet.

Déjà 2664,5 kilomètres au compteur, dont plus de la moitié parcourus en tête du peloton pour les coureurs de la Wanty-Groupe Gobert. Une belle entrée sur l‘épreuve pour les 9 néophytes de la formation belge qui découvraient tous cette année le Tour de France.

Une détermination et un collectif à toute épreuve, qui permet à la Wanty-Groupe Gobert d'intégrer le cercle très fermé des 8 équipe (22 engagées) encore au complet après 15 jours de course.

Classement général

1. Chris Froome
2. Fabio Aru
3. Romain Bardet
20. Guillaume Martin
35. Thomas Degand
50. Marco Minnaard
93. Yoann Offredo
108. Pieter Vanspeybrouck
124. Dion Smith
129. Frederik Backaert
133. Andrea Pasqualon
153. Guillaume Van Keirsbulck

14ème étape : Blagnac - Rodez

La 14ème étape du Tour de France s’annonçait difficile, et elle l’a été. Longue de 181,5 kilomètres, le profil accidenté, les nombreux virages, les routes étroites et le vent n’ont pas ménagé les coureurs.

Animée par 5 échappées, c’est finalement un peloton regroupé qui s’est présenté au pied de la Côte de Saint-Pierre à Rodez.

Pris dans une cassure dans le final sinueux et rapide, Guillaume Martin perd malheureusement 30 secondes, mais reste 19e au classement général. Thomas Degand termine 65ème de l’étape et remonte à la 29ème place du classement général.

« Au moment de la cassure, il nous a manqué un homme pour positionner Martin. Marco Minnaard et Frederik Backaert ont fait de leur mieux. Mais Degand a perdu plus d’une minute à cause du positionnement. Mais bon, le général reste inchangé avec la 19e place de Martin. Ce dimanche, il faut survivre avant de profiter de la journée de repos pour récupérer. » Hilaire Van der Schueren, Directeur Sportif

Après 2664 kilomètres de course, les 9 coureurs de la Wanty-Groupe Gobert ont pu profiter du deuxième jour de repos sur le Tour de France.

13ème étape : Saint-Girons - Foix

Courte mais intense, la 13ème étape du Tour de France longue de 101 kilomètres, a permis à Andrea Pasqualon de tenter sa chance dans la première échappée du jour. Les favoris de la Grande Boucle en avaient cependant décidé autrement, ne laissant personne filer.

L’ascension dans le Mur de Péguère (1ère catégorie) s’est finalement érigée en juge de paix permettant au français Warren Barguil de s’imposer le 14 juillet !

Guillaume Martin prend la 19ème place, et en profite pour remonter également à la 19ème place du classement général.

« J’avais peur de cette étape courte, car au Dauphiné j’avais eu du mal à me mettre dedans sur un profil similaire et avec un départ rapide. Dans la première montée, je n’avais pas mes meilleures sensations. D’ailleurs, j’ai dû concéder un petit écart au sommet que j’accusais toujours au pied d’Agnès. Dans ce 2ème col, je me sentais mieux et sur le sommet je suis revenu sur le groupe maillot jaune. La descente fut rapide et a provoqué des cassures. J’ai encore dû boucher des trous avant la grande bagarre dans le Mur de Péguère. Je me sentais encore un peu mieux, j’ai pu encore gagner quelques places. Au sommet, je bascule avec Latour et je reviens sur un petit groupe avec lequel j’arrive pour la 13ème place. » Guillaume Martin

Le public était au rendez-vous pour supporter les coureurs en ce jour de Fête National.

12ème étape : Pau – Peyragudes

Malgré ses 214,5 kilomètres, cette 12ème étape du Tour de France n’était pas la plus longue de l’épreuve… mais elle en a sans aucun doute été la plus surprenante !

Après plusieurs attaques successives, un groupe de douze coureurs est finalement parvenu à se détacher, avant d’être repris par le peloton dans le Col de Peyresourde. Une ultime ascension qui a permis aux leaders de s’expliquer. Contador et Qunitana n’ont cependant pas pu suivre le rythme infernal imposé par Nieve, Landa, Aru, Froome, Martin, Yates, Uran, Bennett, Meintjes et Bardet.

Guillaume Martin s'est longtemps accroché, mais il a finalement dû laisser filer les favoris dans le Port de Balès. Guillaume a gardé son tempo et a pu remonter plusieurs concurrents dans l'ascension finale pour prendre la 16ème place de l’étape et la 21ème place du classement général.

« C'était à nouveau une longue et dure étape. Ce matin, je n'avais pas de super sensations. Je me sentais fatigué au départ. Et l'humidité des routes n'a pas simplifié les choses. J'ai tenté de m'accrocher autant que possible dans le Port de Balès. Quand les favoris ont accéléré près du sommet, j'ai été lâché. Au pied de Peyresourde, j'étais rentré sur un petit groupe et j'avais retrouvé de bonnes sensations. J'ai pu limiter les dégâts.

C'est difficile d'expliquer pourquoi ça allait mieux dans la dernière ascension. Une course de trois semaines reste une découverte pour moi. Demain, nous aurons droit à une nouvelle étape compliquée. En général, les étapes courtes me conviennent moins. Mais je dois bien entamer l'étape, puis les jambes parleront. » Guillaume Martin

Magnifique 16ème place pour Guillaume Martin au guidon de son Cube Litening C:68 sur la première étape de montagne du Tour de France.