Hilaire Van Der Schueren – Directeur Sportif

« La journée a commencé avec l’annonce de la fracture du coude de Thomas Degand à cause d’une chute sur le Tour de Catalogne, ensuite Simone Antonini subissait une fracture ouverte à la main sur Gand-Wevelgem. Enfin, cette tragédie.
Antoine m’a appelé à la radio pour des bidons – ses derniers mots. Je les lui donnais et je fus appelé pour remonter dans le second groupe. J’ai demandé au commissaire si je pouvais passer et c’est à ce moment-là que c’est produit l’accident.
Notre mécanicien fut le premier à aller voir et m’a directement appelé. A ce moment-là, j’ai pensé qu'Antoine était mort, mais l’ambulance arrivait directement et l’hélicoptère d’urgence l’a tout de suite emmené. Il restait de l’espoir jusqu’à ce que l’organisation me demande l’adresse de la femme et de la famille d’Antoine.
Après la course, je suis directement parti à l’hôpital à Lille et j’ai parlé là-bas avec son père qui me disait que le docteur avait peu d’espoir. Après minuit, nous avons reçu le message qu’Antoine était décédé.
Nous devons affronter cette épreuve en groupe. Mercredi, nous nous entraînerons et nous reconnaîtrons le parcours du Tour des Flandres ensemble. Ensuite, nous mangerons avec les coureurs et nous parlerons beaucoup d’Antoine. »

Roy Jans - Coureur

« Ce dimanche soir, les coureurs étaient très abattus à l’hôtel. Nous lisions qu’il était mort, mais Hilaire nous racontait que c’était très sérieux mais qu’Antoine n’était pas décédé. Il restait de l’espoir. Mais ce matin, c’était fini.
Nous avons décidé que La Panne arrivait trop tôt. Nous n’avons pas la tête à la course et nous avons besoin de temps pour d’abord réaliser et ensuite digérer la nouvelle. »

Jean-François Bourlart - Manager Général

« Antoine est arrivé cette saison chez Wanty-Groupe Gobert et voulait absolument rouler des épreuves WorldTour. A chaque fois que nous avions une discussion, il me le disait de nouveau.
Vendredi passé, il a effectué son début dans le WorldTour sur le GP E3 Harelbeke. Il faisait partie du groupe de tête et a roulé le Taaienberg avec les ténors du peloton. Il était très fier de cela et nous encore plus.
Aujourd'hui, l'impensable, l'inadmissible s'est produit. Nous n'arrivons pas à le croire. Nous sommes révoltés. Après Rob Goris, il s'agit du deuxième coureur qui nous quitte prématurément. Nous pleurons et nos pensées vont à sa femme Astrid et sa famille. »

Si vous désirez envoyer une carte à la famille d'Antoine Demoitié, vous pouvez utiliser l'adresse de l'équipe. Nous les transmettrons.

Wanty-Groupe Gobert
270. Route de Lessines
7822 Isières, Belgique