La course cycliste Gand-Wevelgem est lancée depuis environ 150 kilomètres, lorsque 4 coureurs qui se trouvent au milieu du peloton chutent. Antoine Demoitié se trouve parmi eux. Les voitures d’organisation qui les suivent s’écartent, mais une des motos accréditées par la Fédération Belge ne parvient pas à freiner à temps et percute violemment le coureur.

Dans le coma, Antoine Demoitié est transporté d’urgence à l’hôpital d’Ypres, avant d’être transféré au service de Soins Intensifs du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Lille où sa famille le rejoint en fin d’après-midi.

Âgé de seulement 25 ans, le décès du vainqueur du Tour du Finistère 2014 est prononcé quelques heures plus tard.

Le cadre du Litening C:68 d'Antoine Demoitié s'est brisé sous le choc. © photo Maxime Segers/D.R

Les circonstances exactes du drame sont encore floues et une enquête a été ouverte par la Gendarmerie du Nord-Pas-de-Calais.

« C’est un accident tragique, impliquant un pilote présent sur les courses belges depuis au moins vingt ans, qui a essayé de freiner et est tombé sur Antoine. » José Been, attaché de presse de Wanty-Groupe Gobert.

« Je connais le pilote. C’est un gars très expérimenté. Antoine Demoitié a chuté avec plusieurs autres coureurs. Une moto officielle, qui suivait, a essayé de les éviter mais elle est tombée aussi et l’engin a atterri sur Antoine Demoitié. » Sebastiaan Timmerman, journaliste de la chaîne néerlandaise NOS.

Peter Sagan remporte la course Gand-Wevelgem, lui qui il y a moins d’un an c’était retrouvé dans la même situation, percuté par une moto sur le Tour d’Espagne.

Depuis dimanche le débat est ouvert sur les réseaux sociaux. En cause, les manquements de l’Union Cycliste Internationale (UCI) qui ne serait pas en mesure de garantir la sécurité des coureurs face à l’inquiétante multiplication des accidents liés aux véhicules accrédités sur les courses cyclistes…